5 fleurs de Bach pour autoentrepreneur en péril

A ce qu’il paraît, les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés… Alors à votre avis, elle se soigne aux fleurs de Bach la conseillère ? La réponse est oui, mais je dois avouer que cette fois-ci, j’ai un peu trop attendu avant de composer mon flacon. J’ai dû penser quelque chose du genre : « oh là, je sens bien que ça remue un peu émotionnellement en ce moment, mais si j’en ai conscience, je vais gérer. » Oups, raté ! Alors après une bonne séance de coaching avec Nicolas Brichet, et après avoir épuisé le stock de mouchoirs de Rouedad, espace de coworking à Fougères, je me suis enfin posée avec ma gamme d’élixirs pour me composer mon mélange (et je n’ai même pas mis les 38 dedans). Je vous explique donc comment j’en suis arrivée là, et surtout, je partage avec vous les élixirs qui peuvent vous aider si pour vous aussi, la rentrée a été mouvementée ! 

Pourquoi cet article ? (ou : pourquoi la vie d’entrepreneur est-elle riche en émotions !)

De l’utilité de se faire coacher pour « entreprendre selon qui l’on est »

 

Par un beau matin d’automne, je rejoins Nicolas Brichet, préparateur mental, pour ma séance mensuelle de coaching. Pour ceux à qui je ne l’ai pas déjà dit, je suis depuis plusieurs mois un coaching de groupe pour m’aider à booster mon activité. Le programme s’appelle Mastermind (la classe non ?). Nous sommes 7 entrepreneurs face au même enjeu : développer notre activité en un temps record (d’ici la fin des aides de Pôle Emploi) afin de ne pas rejoindre la case salariat. Nous avons statistiquement 2 chances sur 3 d’y parvenir, et peut-être un peu plus grâce à ce programme !

Me voilà donc arrivée à Rouedad, avec mes petites notes et mes documents de travail face à Nicolas. En bonne élève que je suis, j’avais bien préparé ma séance et mon objectif du jour était de refaire le point sur ma stratégie d’entreprise et mon « vision board ». Mais ça, c’était avant la question du coach : « Quels sujets veux-tu aborder aujourd’hui ? » Oui, c’est ça qui est génial en coaching (désolée pour l’éducation nationale) : c’est toi qui choisis ton axe de travail en fonction de tes envies et de tes besoins. Et ce jour-là, j’avais plutôt besoin d’une séance avec un psy que d’une aide comptable. Le fichier Excel est resté bien fermé dans mon PC portable, lui-même resté dans sa pochette de transport. Le travail chiffré effectué la veille m’avait plongé dans une déprime profonde, me confrontant à mes peurs : « Que se passera-t-il si je n’atteins pas ces résultats ? » ou encore « Comment vais-je faire pour continuer à développer mon activité si je reprends un boulot salarié dans quelques mois ? » …

Ces peurs, je sais que je les partage avec un grand nombre d’entrepreneurs dans le même cas que moi : on se met une pression incroyable pour se prouver (à soi et à son entourage) que l’on peut y arriver, que l’on peut vivre de sa passion et qu’on a fait le bon choix. Qu’en travaillant dur on va y arriver…. Alors on ne compte pas ses heures (ben non, ça nous passionne !), on travaille tard le soir, on donne des ateliers le samedi matin, on est en salon le dimanche. On se laisse même parfois aller au piège de l’intervention gratuite, sous prétexte que ce sera une bonne opportunité pour nous de se faire connaître.

Oser mettre en avant son arrière-scène

Et puis… on craque. Ce matin-là, j’étais à bout de forces, à bout de souffle. Fatiguée par ces longs mois de travail, à cogiter sur mon activité du matin au soir alors que certains te demandent parfois : « Tu ne t’ennuies pas quand tu n’as pas de rendez-vous ? ». J’ai alterné les épisodes de larmes avec un sourire forcé, et mon coach a troqué son costume de Super Stratège en Développement Commercial contre celui de Psy Bienveillant. Je lui ai confié ma fatigue, mes angoisses… et aussi mon ras-le-bol général de devoir toujours présenter une image de vitrine impeccable, notamment sur les réseaux sociaux, même quand dans la vraie vie ça ne va pas. C’est ce que Nicolas appelle « l’avant-scène » et « l’arrière-scène ». Donc mon Instagram, c’est une avant-scène avec de jolies photos sur fond de mes couleurs d’entreprise. L’arrière-scène, c’est moi ce matin-là avec une tête de panda parce que j’avais oublié le mascara waterproof…  

 

A la suggestion de mon coach : « Pourquoi, pour une fois, ne pas partager ton arrière-scène ? Les réseaux sociaux sont faits pour ça ! » Je me suis dit que l’idée était bonne, et que j’allais m’autoriser à vous partager mes déboires. Oui, mais avec un peu de contenu utile tout de même ! La conseillère en fleurs de Bach s’auto-analyse et vous partage son mélange de choc. 

5 fleurs de Bach indispensables pour soutenir l’autoentrepreneur

Au retour de ma séance de coaching, je me suis donc posée tranquillement chez moi avec mes bouquins et ma gamme d’élixirs floraux. C’est parti pour une auto-analyse : qu’est-ce que je ressens, là maintenant ? Quelles sont mes peurs ?  Comment est-ce que j’agis au quotidien, et qu’est ce qui me dérange ? 

 Je ne le répéterai jamais assez : tout l’intérêt des fleurs de Bach réside dans le fait que l’on peut les associer en mélange. Nous sommes des êtres émotionnels, et même multi-émotionnels ! Je vous partage donc 5 élixirs floraux pour surmonter les phases de crise. A vous d’en choisir certains si vous sentez que ça vous correspond dans l’instant. Ce sera peut-être un seul, ou 2, ou les 5…

Mimulus, pour calmer vos nombreuses angoisses

 

 

C’est LA fleur dont je parle tout le temps, et celle qui revient le plus dans mes séances de conseil.

La Mimulus (ou Mimule) est la fleur qui nous redonne courage face aux peurs connues. Elle nous aide à reprendre le dessus face aux angoisses bien identifiées. Vous paniquez rien que de penser à la date fatidique de la fin de vos aides Pôle Emploi ? Vous avez peur que votre activité ne décolle pas ? Peur de devoir reprendre un boulot salarié alimentaire ? La Mimule est votre amie !

 

Gorse, pour retrouver le moral

On l’appelle la fleur du Soleil en bouteille ! Le nom français de la Gorse, c’est l’Ajonc. Si on en a besoin, c’est vraiment qu’on a le sentiment d’avoir touché le fond, qu’on a perdu la foi en son projet. Un peu comme moi ce matin-là, après avoir travaillé sur mon fichier Excel… Je me suis dit que c’était foutu, que je n’y arriverais jamais. Je me suis rendue à ma séance de coaching en me disant que j’écouterais gentiment les conseils de Nicolas, mais sans y croire. Après tout, comment faire un bond aussi phénoménal dans mes résultats en seulement quelques mois ? Je ne sais pas, mais j’ai au moins le droit de garder le moral jusqu’au bout ! 

Rock Water, pour lâcher prise

C’est le seul élixir qui ne soit pas issu d’une fleur. Rock Water, dans sa traduction, est une eau de roche, une eau de source. Il est indiqué pour les personnes un peu trop rigides envers elles-mêmes. Il aide à lâcher prise, à s’autoriser un peu plus de souplesse. Parfaitement indiqué pour les autoentrepreneurs qui se mettent une pression de dingue et qui ont tendance à couper les cheveux en quatre pour que tout soit parfait. On peut être rigoureux dans son travail, mais parfois il faut savoir souffler.

Elm, pour prendre du recul

 

L’Elm, ou Orme, a été classée par le Dr. Bach dans le groupe émotionnel de l’abattement et du désespoir. C’est pas joyeux tout ça me direz-vous ! Peut-être, mais je trouve dans mon cas qu’elle vient bien en complément de Rock Water. L’élixir Elm est indiqué pour les entrepreneurs qui se sentent complètement débordés dans leurs tâches. Pour ceux qui perdent pieds alors qu’ils se sont pourtant engagés avec passion dans leur activité. C’est ça le revers de la médaille quand tu es à ton compte : tu fais ton métier, mais tu n’avais pas songé que tu serais aussi comptable, commercial et responsable communication… L’Elm vous aidera à retrouver confiance en vos capacités, et peut-être à envisager de déléguer !

Olive, pour retrouver la forme

L’Olive est indiquée lors de fatigue générale, qu’elle soit physique, émotionnelle ou mentale. Parfaite pour les entrepreneurs à bout de nerfs et en manque de sommeil. Ben oui, ça secoue de se ronger les sangs pendant deux mois de confinement, à rentrer une déclaration de chiffre d’affaire à zéro. Et puis avec tout ça, pas question de prendre des vacances en juillet-août ! Il faut rattraper le retard ! On bosse deux fois plus, on intègre de nouveaux réseaux. Vous aussi vous trouvez que le BNI à 7h du mat’ ça pique ? Hop, une cure d’Olive.

J’espère que ce partage d’expérience vous aura apporté quelques pistes sur la façon de gérer vos émotions d’entrepreneur avec les fleurs de Bach.

Et si vous n’êtes pas entrepreneur, j’espère que cet article vous aura aidé à mieux nous comprendre !


Que vous soyez entrepreneur ou non, j’espère que mon article vous a plu ! N’hésitez pas à le partager et à le faire découvrir.

 

Vous pouvez poser toutes vos questions en commentaire ci-dessous.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Diane Bourin

06 19 56 48 11

magnetisme.dianebourin@gmail.com

Consultations en cabinet à Fougères et à domicile en Ille et Vilaine

SIREN : 840 200 778